La cathédrale Santa Maria del Fiore, un édifice à l’italienne

Nom: Cathédrale Santa Maria del Fiore
Style: Gothique / Renaissance
Début de la construction: 1296
Lieux: Florence, Italie
Patrimoine mondial de L’Unesco: Oui
Monument historique: Non

“Il y a des villes comme Florence, les petites villes toscanes ou espagnoles, qui portent le voyageur, le soutiennent à chaque pas et rendent sa démarche plus légère.” écrivait Albert Camus dans ses Carnets. Et il est vrai que rien n’est plus charmant qu’une flânerie dans ce qui est peut-être la plus belle ville italienne avec Rome. Au gré d’une promenade, le temps d’un week-end ou en prenant davantage de temps, les pas du visiteur sont forcément guidés à Florence vers l’exceptionnelle Piazza del Duomo…Là, c’est l’éblouissement en contemplant la façade de la cathédrale où s’entrelacent le marbre rouge de Sienne, le vert de Prato et le marbre blanc de Carrare. L’édifice, le plus grand d’Europe lors de sa construction et l’un des plus grands après les cathédrales de Rome, Londres, Séville et Milan, est unanimement considéré comme un chefs-d’œuvre absolu de l’art gothique et de la première Renaissance italienne.

L’emblème de Florence et de son rayonnement

L’édifice remarquable qui a remplacé l’ancienne église Santa Reparata est désormais désigné par le nom de Cathédrale Santa Maria del Fiore. “Del Fiore” ? La fleur est évidemment le lys (“il Giglio” en italien), emblème et blason de la ville de Florence depuis le XIe siècle. Sa construction a débuté à la toute fin du XIIIe siècle pour ne s’achever qu’un siècle et demi plus tard. Les plus grands artistes de ce qui n’était pas encore l’Italie unifiée ont contribué à la beauté du lieu. Michel-Ange livra une Pièta et un Saint Matthieu. Donatello dessina par les vitraux le Couronnement de la Vierge. Paolo Ucello décora l’horloge de la contre-façade et réalisa la fresque du Monument équestre de Sir John Hawkwood sur la droite. Dante et la Divine Comédie sont évidemment représentés. Et l’on doit les fresques du Jugement dernier et l’intérieur de la coupole à Vasari et Zuccaro, sur une superficie époustouflante de 3600 mètres carrés…La construction de cette cathédrale d’exception fut donc un moment d’extraordinaire bouillonnement culturel, artistique et intellectuel. Ce que confirme l’usage, dès les premiers temps, de la Cathédrale Santa Maria del Fiore, pour des travaux scientifiques d’astronomie tout à fait importants. De nombreuses oeuvres sont aujourd’hui visibles au musée de l’Opera del Duomo. On peut aussi y découvrir l’histoire architecturale surprenante de cette somptueuse église.

Une architecture unique au monde

Le campanile du Giotto, la Porte du Paradis du baptistère Saint Jean, et bien sûr “Il Duomo”: le centre historique de Florence est un bijou architectural qui lui a valu d’être classé au Patrimoine culturel de l’Humanité par l’UNESCO en 1982. Pour ce qui concerne la cathédrale elle-même, l’histoire de ses plans et de leur exécution a été mouvementée. Arnolfo di Cambio, premier architecte et concepteur de la Cathédrale del Duomo appréciait le style gothique, que l’on retrouve dans une grande corniche saillante et d’autres éléments du bâtiment. L’édifice lui-même est une nef classique à trois vaisseaux. Mais les premiers concepteurs n’avaient sans doute pas envisagé l’apport de Filippo Brunelleschi chargé de repenser et reprendre les travaux plus d’un siècle après leur commencement : il donna à Santa Maria Del Fiore son fameux dôme.

Avec ses 153 mètres de longueur, cet édifice à plan basilical doit son aspect presque magique à son dôme de 42 mètres de largeur. Il s’agit ni plus ni moins que du plus imposant dôme maçonné au monde. Pour le construire, Brunelleschi n’a pas pu utiliser de cintreau de bois en raison du diamètre trop importante de la coupole. Il n’a pas non plus eu recours à un système d’échafaudages mais à des poulies, transportant chaque jour plusieurs tonnes de briques, outils et autres matériels indispensables. Surtout il dut envisager un système entièrement original, basé sur les cercles concentriques de briques notamment.

La Cathédrale Santa Maria Del Fiore a toujours eu pour destinée de subjuguer les visiteurs de Florence et de faire la démonstration de sa puissance culturelle et financière. La concurrence avec les cités de Sienne et Pise, puis l’exigence intellectuelle et artistique de la dynastie des Médicis qui gouvernaient Florence, ont conduit les plus brillants artistes de leur temps à se dépasser pour offrir au monde un joyau inestimable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *