Qu’est-ce que le trésor au sein des édifices religieux?

Le trésor d’église, garant des objets de culte

Contrairement à ce que l’on pourrait communément penser, le trésor d’église n’est pas la collecte des pièces des fidèles amassées lors de la quête. Il regroupe aujourd’hui l’ensemble des objets religieux qui servent dans le cadre des offices, à l’ornementation ou à la vénération des reliques. On dénombre en 2018 près de 270 trésors d’églises et de cathédrale. Tous appartiennent à la commune dans laquelle l’église a été construite. Généralement conservé dans la sacristie, le trésor comprend donc:

  • les reliques des saints, présentés dans des reliquaires somptueux
  • Les objets sacrés pour la célébration de la messe et des sacrements comme les croix, les ostensoirs, ou encore les calices
  • objets décoratifs et ornementations donnés à l’église afin d’en assurer leur sécurité.

Il faut savoir également que si aujourd’hui il est possible dans certaines églises ou cathédrales comme Notre-Dame de contempler ces reliques, il n’en était pas question à l’ère de Constantin. En effet, lui qui mis un terme aux persécutions chrétiennes est également à l’origine de ces trésors d’église. Cependant, à l’époque, on prenait garde de bien cacher ces trésors afin d’éviter tout pillage.

Focus sur l’une des reliques les plus précieuses

La couronne d'épines, trésor d'église de Notre-Dame
La couronne d’épines, trésor d’église de Notre-Dame

Aujourd’hui, certaines pièces ont acquis une renommée mondiale. Parmi les plus connues, on peut notamment citer la Sainte Couronne d’épine, visible à Notre-Dame. Cette relique témoigne de plus de seize siècle de foi chrétienne et de piété. Côté composition, des fils d’or retiennent un cercle de joncs réunis en faisceaux, sur lesquels reposaient les épines.

On présente ce joyau à la vénération des fidèles chaque premier vendredi du mois et chaque vendredi de carême. La cathédrale abrite également un morceau de la croix et un clou de la Passion. La couronne est conservée dans un reliquaire: la châsse de la sainte couronne d’épines. L’ancienne version datait de 1806. Cependant celui que l’on peut voir aujourd’hui et qui dénote avec le style néo-classique des autres reliquaires date de la fin du 19e siècle.

Pour en savoir plus, je vous invite à lire ce guide, proposé directement par le gouvernement.